Réaliser un site internet professionnel

Réaliser un site internet professionnel

La vérité sur le prix réel d'un site web professionnel

Voilà une question qui mérite qu’on s’y attarde tant elle est fréquemment posée par les patrons d'entreprises et indépendants.

Avant toute chose, il faut distinguer les sites automatiques et les sites réalisés par une agence web professionnelle qui vous apportera conseils, stratégies et suivis de qualité.
En parcourant cet article, vous comprendrez aisément ce qu’une agence web professionnelle telle que Web Solution Way peut vous apporter au niveau de la stratégie, du développement, du référencement, des conseils et par extension des retours sur investissement. 

Web Solution way est avant tout un partenaire "long terme", n'hésitez-pas à nous contacter dès le début de votre projet.

Résumé :

Avant d’émettre une idée de prix, il faut d’abord identifier le type de site dont vous aurez besoin.

De manière générale, on peut dire qu'il existe deux grandes familles de sites Internet :

  • Les sites statiques, constitués d'une série de pages créées d’un seul bloc par l'Agence web.
    Pour toute modification si minime soit-elle, il est par conséquent obligatoire de faire appel au webmaster,  nécessitant ainsi un délai de réaction et probablement des couts supplémentaires.
    Les sites statiques sont plus rapidement créés et permettent une plus grande liberté de design. Ils sont néanmoins de plus en plus rares, tant les sites dynamiques permettent des économies importantes sur leurs mises à jour et sur leur maintenance.
  • Les sites dynamiques offrent la possibilité au client de maintenir à jour lui-même son site Internet sans connaissance informatique préalable. En fonction du type de site choisi (cf. infra), il pourra rejoindre jusqu’à 100% du cycle de vente de l’entreprise dans le cadre de sites e-commerce ou de sites sur mesure.

Viendra ensuite la question de savoir « Quel type de site sera le plus rentable » pour vos produits ou services ?
On dénombre en effet quatre types distincts de sites web professionnels, chacun ayant ses fonctionnalités et avantages.

1) Le site vitrine :
Le terme « site vitrine » ne se limite pas à une ou deux pages de présentation sur le web. Elle permet au contraire d’utiliser le média internet en tant que vitrine de votre entreprise, et donc d’y présenter activités, services, références ou autres actualités.
Le graphisme doit y être impeccable car la première impression est toujours la bonne.
Les sites vitrines peuvent permettre un nombre important de pages et une utilisation presqu’illimitée d’actualités.
Il doit faciliter la prise de contact par l’affichage d’un numéro de téléphone cliquable ou d’un formulaire de contact.
Dans certains cas, l'insertion d'un plan d’accès géo localisant votre siège social, vos bureaux, votre showroom ou encore vos points de vente sera des plus rentables. Dans quel cas, la technologie avancée de Google Street View permettra à vos prospects de calculer le temps nécessaire pour effectuer le trajet et d’afficher l’itinéraire sur un plan de type Google map. Son apport au site est de ce fait non négligeable.

marvalantExemple site vitrine de base

2) Le site catalogue :
Le site catalogue est une des premières étapes pour toute entreprise se destinant à la vente en ligne. Il permet l'affichage d'un nombre presqu’illimité de catégories, sous-catégories et fiches de produit ou services. L'affichage ou non des prix peut inciter le visiteur à solliciter un contact, une demande spécifique ou un devis.
Le site catalogue permet aussi de présenter plusieurs photos du même article, sous forme de galerie, afin de présenter celui-ci sous divers aspects ou déclinaisons. Les site catalogue peut aller jusqu'à l'acte de vente en ligne avec paiement sécurisé, profil avancé et bien d'autres modules mais sera néanmoins plus limité qu'un réel site e-commerce.

fashion

Exemple de site catalogue avancé

3) La boutique en ligne :
Stade ultime de la vente en ligne, la création d'une boutique en ligne, également nommée "site e-commerce", permet un confort important en terme de gestion des catégories, des sous catégories et des produits. Son principal atout est la gestion complète des stocks, des fournisseurs, des factures et des autres services de livraison via un seul module d'administration. La boutique en ligne peut accueillir de nombreuses Les modes de paiement en 2017 et se voir greffer une multitude de modules complémentaires, incitatifs à l’achat et au partage.
La création d’un site e-commerce sous Prestashop est sans aucun doute la solution la plus rentable pour toutes les entreprises, quels que soient leurs secteurs ou produits.

irina

Exemple de site e-commerce

4) Le site sur mesure:
Chaque entreprise est unique en son genre et la majorité de celles-ci trouvera son bonheur dans un site vitrine, un site catalogue ou encore dans un site e-commerce.
La réalisation d’un site sur mesure pour se démarquer de la concurrence et ouvrir de nouveaux marchés reste néanmoins la solution la plus performante. Encore faut-il y accorder le temps de préparation à la stratégie globale, les moyens humains de développement et de communication, et les budgets qui y seront associés.
Le développement de modules spécifiques sur mesure est rentable au vu des économies logistiques qu’ils engendrent ou par leur impact sur l’évolution de l’entreprise tant sur la toile que dans le monde physique.

visite

Exemple de site sur mesure

Comment calculer le coût réel d'un site web ?

La réalisation d’un site web pourrait s’assimiler à l’achat d’une voiture, le budget dépendra autant de la qualité de fabrication que des options choisies par le client.
Le coût d’un site web professionnel peut démarrer à quelques centaines d’euros et rapidement dépasser plusieurs milliers d’euros suivant les modules développés, les langues complémentaires qui y seront greffées ainsi que les diverses prestations de copywriting (rédaction web), de traduction, d‘intégration de contenu et autres optimisations au référencement naturel.

Les prix attractifs affichés sur certains sites spécialisés en création de site (pour la plupart standardisés et automatisés) ne reflètent pas la réalité du marché professionnel et sont fréquemment sujets à des suppléments inattendus ou à des comportements « limités » car standardisés.

Points à prendre en compte pour calculer le budget de votre site web

1) Le cahier des charges
(De quelques heures à quelques jours suivant la complexité du projet)

À l’instar d’un architecte, aucune agence web sérieuse ne pourra remettre une offre de prix concrète et juste sans un cahier des charges précis.
Le cahier des charges peut être rédigé par le client, par l’agence web ou en concertation par les deux.
C’est le document permettant de travailler en bonne concertation avec le prestataire web en éliminant un maximum les risques de mauvaises interprétations, les « oublis » ou les comportements mal identifiés.

Il sera par ailleurs une base de travail pour rédiger l’offre et pourra être étoffé de documents annexes tels que des Ergolayout, des fichiers Mind mapping de comportement et d’autres maquettes.

Le cahier des charges sera principalement constitué des objectifs du projet, de ses cibles géographiques et d’audience, et de la présentation fonctionnelle des principaux modules. Il pourra également comporter tous les éléments visuels, captures d’écrans, croquis et autre organigrammes (même en provenance d’autres sites) permettant de mieux comprendre vos attentes ou les comportements attendus sur votre futur site.

Le cas échéant, si le futur projet implique plusieurs départements de l’entreprise, une ou plusieurs réunions de débriefing devront être planifiées afin de travailler de concert et de ne léser aucun département.

2) La stratégie marketing
(De quelques heures à quelques jours)

C’est en général le poste réservé à l’agence web ou à l’agence de communication, celle-ci pouvant travailler en concertation avec l’agence web.
La priorité d’un site web, quel que soit sa taille ou son format, est d’intégrer le visiteur à son cycle de vente et de le guider vers l’acte d’achat, de prise de contact ou de téléchargement d’un document (d’autres actions peuvent également être mises en place suivant les besoins du client).
La stratégie marketing doit toujours être globale, la présence web n’étant que l’un des médias de communication. Ne pas croiser la communication avec les autres médias (presse, radio, télé, flyers,…) pourrait avoir un impact négatif sur les retours sur investissement.
Le plan stratégique présentera de la manière la plus exhaustive possible les médias sur lesquels la société fera écho de son site web, de ses services ou de ses produits, et des budgets qui y seront alloués. Une planification des campagnes peut parfois s’avérer nécessaire afin de maitriser le cout des investissements publicitaires annuels.

3) L’ergonomie et le design du site
(De quelques heures à quelques jours)

La première impression étant toujours la bonne, le site devra dans les premières secondes capter l’attention de l’internaute par un design raffiné et adapté à l’entreprise ou aux produits et services présentés. Avant d’avancer sur le design proprement dit, l’agence web reviendra sur le cahier des charges afin de planifier les différents éléments devant être affichés sur le site coté public.
Elle  utilisera dans ce but un outil de Mindmapping (Xmind, Mind Manager, Freemind ou encore Novamind) dans lequel l’arborescence des pages y est développée, chaque bloc pouvant faire l’objet d’une page distincte si les comportements associés le nécessitent.
Ce Mindmap sera alors soumis à la validation du client, afin de confirmer la bonne compréhension du projet.
Le Mind mapping terminé et validé, l’agence web procédera alors à la réalisation d’Ergolayouts.

Exemple organigramme Xmind

Exemple organigramme Xmind

Les ergolayouts permettent de définir la structure des pages d’un site web, le positionnement des différents blocs, des menus et autres éléments de contenu, sans couleur ni graphisme. Et ceci afin de se concentrer prioritairement sur les comportements stratégiques du site (amener le client au bon endroit, à la prise de contact, à la commande etc.)
Les logiciels utilisés sont principalement Mockflow, Moqups, Gomockingbird.
Suivant le type de site, ces ergolayouts peuvent comporter plusieurs dizaines de pages, chaque type de page possédant un ergolayout propre ainsi que des fins spécifiques.

ergolayout-makassar

Exemple d'ergolayout

La dernière étape du design est la colorisation et le graphisme. C’est ici que la charte graphique existante de la société (ou celle créée par l’agence web) sera implémentée sur les ergolayout afin de lui apporter un rendu plus visuel.
Les maquettes design se déclineront de la même manière que pour les ergolayout afin de faire découvrir au propriétaire du site à quoi ressemblera graphiquement son futur site.

design-makassar

Exemple colorisé - Design

4) Le développement
(De quelques jours à plusieurs semaines)

Le développement d’un site web professionnel se fait toujours sur un espace serveur interne à l’agence et non accessible depuis la toile. C’est dans un environnement « DEV » que les programmeurs, designers et autres intégrateurs entameront la réalisation de votre futur site web.
Au fil des réunions de débriefing au sein de l’agence, le propriétaire du site pourra voir son projet évoluer et chaque réunion fera l’objet d’un pv de réunion reprenant les commentaires du client, les demandes de changement ou les évolutions de comportement (les Change request  peuvent être sujets à facturation s’ils n’ont pas été budgétisé dans l’offre initiale).
Le développement principal des modules nécessaires au remplissage du site terminé, le site est alors publié sur un espace dit « de production » accessible en ligne uniquement par le client ou toute personne ayant reçu l’adresse exacte du site.
Cet espace permettra au propriétaire, suite à une formation spécifique, de se familiariser avec le gestionnaire d’administration du site, de procéder au remplissage en temps réel et de constater d’éventuels bugs de développement ou des modifications de comportement non identifiable lors de la rédaction du cahier des charges.

5) L’optimisation au référencement naturel
(De quelques heures à quelques jours)

C’est en général de ce point crucial que dépendra la réussite de la visibilité naturelle du site sur les principaux moteurs de recherche du web, à savoir Google, Yahoo et Bing.

Il faut avant tout distinguer le « référencement naturel » et le « positionnement dans les moteurs de recherche ». Il est très fréquent de voir des « vendeurs de sites » (voir notre article sur ce sujet) baser leur argumentaire sur le référencement en insistant sur les termes « vous serez référencés sur Google ».
Être « indexé » ou « référencé » n’impose pas d’être bien « positionné » dans les résultats de recherche tout comme un livre référencé dans une bibliothèque n’est pas par extension positionné en tête de gondole juste à l’entrée du bâtiment et visible par tous.

L’optimisation au référencement naturel est l’ensemble des techniques permettant d’améliorer les chances de positionner le site dans les premiers résultats de recherche en rencontrant un maximum de critères de qualité imposés par les moteurs.
L’optimisation au référencement naturel est scindée en deux parties distinctes : l’optimisation technique et l’optimisation de contenu.

a. L’optimisation technique d’un site web ne peut se faire que par l’agence web et les personnes qualifiées à la gestion du serveur d’hébergement. Les critères techniques sont devenus des éléments importants dans la bonne indexation du site par les moteurs. Le temps de chargement du site, la compatibilité du site avec les nombreux navigateurs (Chrome, Safari, Edge, Mozilla etc.) et formats d’écran par un développement de site en responsive design (qui s’adapte aux Iphone, tablettes et autre Ipad), les scripts allégés, des réécritures automatiques ou manuelles des URL, meta Title, Meta description et autre génération de sitemap.xml sont autant de critères qui contribueront à améliorer naturellement le positionnement du site.

b. L’optimisation du contenu d’un site web est quant à elle principalement liée à la rédaction web, à l’optimisation des images et à la bonne exploitation des vidéos.

Si tout le monde sait écrire (ou presque), rédiger pour le web est tout un art et c’est probablement la plus grande faiblesse des entreprises.
Ce poste nécessite une personne maitrisant les techniques de rédaction recommandées par les moteurs (principalement Google) et d’attribuer cette prestation à un membre du  personnel déjà surchargé de travail, dont le report en des moments plus « calmes » est  fréquent peut s’avérer source de pertes financières, faute d’un report de mise en ligne du site mais également par l’absence d’un contenu optimisé permettant d’augmenter votre audience au travers d’un référencement naturel professionnel.

Opter pour un rédacteur web externe permet donc de libérer votre personnel tout en augmentant la qualité rédactionnelle de votre contenu par son adaptation aux critères de qualité imposés par les moteurs de recherche.

6) Le nom de domaine
(Quelques dizaines d’euros par an suivant les extensions)

Le choix du nom de domaine est avant tout stratégique. Il doit de préférence être court, facile à retenir et permettre d’identifier rapidement la société.
Depuis quelques années, certaines agences ont incité les propriétaires de sites à utiliser des noms de domaine à rallonge comprenant une liste de mots clés (Exact Match Domain) afin de favoriser le référencement naturel du site. Bien que ce comportement ait eu son heure de gloire, force est de constater que le dieu Google a rapidement compris qu’il s’agissait d’une tentative de détournement de son algorithme et cette pratique est actuellement de moins en moins performante, voire pénalisante par rapport à un produit spécifique (tous les mots clés ne peuvent être inclus dans le nom de domaine) ou à la marque. Une mise à jour lancée en 2012 par Google, nommée EMD Update, visait en effet à pénaliser les sites au contenu pauvre, et dont le nom de domaine reprenait les termes d’une expression spécifique (exemple : www.entreprise-generale-construction-liege-namur.be).
Le nom de domaine doit TOUJOURS être au nom du propriétaire du site (Cybersquatting loi du 30/11/2001). L’agence web peut néanmoins s’occuper de sa réservation et de son paramétrage vers le bon serveur en devenant le « Contact technique » du nom de domaine.
L’adresse mail de validation/récupération doit de préférence être une adresse standard non liée au nom de domaine, exemple monadresse@gmail.com, monadresse@yahoo.fr, afin de pouvoir y accéder à tout instant même en cas de plantage du serveur qui ne redistribuerait plus les mails.
Dans certains cas, il pourra être intéressant d’utiliser plusieurs noms de domaine si le nom de l’entreprise n’est pas assez « représentatif ».
Le premier nom de domaine, court et simple à retenir, apposé sur le lettrage des véhicules, des entêtes de lettres et autres documents officiels sera celui de l’entreprise (exemple : www.tta.be). Le second nom de domaine sera quant à lui réservé à l’indexation web ainsi qu’à toute la communication qui y affaire. Il permettra ainsi une meilleure identification de l’entreprise, sans pour autant faire du keyword stuffing (bourrage de mots clés), exemple fictif : www.travaux-de-toiture-adam.be.

7) L’hébergement du site
(Le « bon marché » peut couter cher)

Il est très fréquent de voir les entreprises opter pour des serveurs aux prix alléchants, sans tenir compte des désagréments ou freins qu’ils pourraient engendrer.

En effet, si un serveur web peut ne couter quelques euros par mois, c’est probablement parce que celui-ci est mutualisé. Entendez-y qu’il contiendra de nombreux autres sites web. La présence de ceux-ci et leur utilisation de la bande passante ou l’envoi massif de mailing peut non seulement ralentir votre site mais également voir celui-ci pénalisé par un blacklistage de l’adresse IP du serveur.

Ces hébergements bon marché peuvent également être limités en termes d’espace, de bande passante, d’insertion de nouveaux modules ou de langages, mais surtout en termes de support réactif et professionnel.

Néanmoins, de nombreuses agences web professionnelles privilégient le serveur mutualisé pour l’hébergement des sites standards de leurs clients afin d’en minimiser les frais annuels d’hébergement. Les sites qui y sont présents sont triés sur le volet et développés par la même agence, ce qui en sécurise la bonne utilisation.

Les serveurs dédiés sont quant à eux réservés aux entreprises possédant plusieurs sites, ce qui en facilite la gestion et en réduit les frais annuels en répartissant le cout sur les différents sites.
Il en va de même pour des projets plus importants tels que des plateformes web ou des sites sur mesure, nécessitant plus d’espace, une plus grande bande passante, une structure plus complexe, un service support et maintenance plus important, des sauvegardes automatiques etc.

Les frais annexes non identifiés ou la surprise du chef

Le cout du site, de la stratégie ou de l’optimisation sont une chose. Mais les couts inhérents au projet ne se limitent malheureusement pas à ces prestations valorisables et il est très fréquent de voir des entreprises sous-estimer le coût réel de leur projet web.

1) La rédaction de contenu
(De quelques heures à quelques jours)
Comme indiqué plus haut, la rédaction web est un métier et tout le monde ne s’improvise pas copywriter. La plupart des entreprises délèguent en interne le poste de rédaction de contenu à du personnel déjà étranglé par toutes les tâches qui leurs sont déjà assignées.
Indépendamment du temps, parfois rallongé, que prendra la rédaction des textes, la personne en charge de la rédaction du contenu textuel du site doit avoir une bonne maitrise des produits et des services proposés l’entreprise.
Les heures passées à la recherche de la documentation, à la rédaction et à la relecture doivent être comptabilisées sur le budget du site et non dans les frais traditionnels du salaire de l’employé. Le cas échéant, des formations au référencement naturel, à la rédaction web ou aux stratégies web devront être mises en place afin d’assurer une plus grande rentabilité au travail effectué.

2) L’intégration du contenu
Les textes, une fois rédigés et validés après relecture, devront ensuite être « intégrés » dans le site.
Si la plupart des outils professionnels développés ou mis en place par les agences web professionnelles permettent une gestion presqu’autonome du site par le client, l’intégration sera une fois encore source de temps complémentaire à attribuer à la personne chargée de ce poste. La qualité de cette prestation est primordiale pour la bonne optimisation du site et un succès en référencement naturel. Une formation au référencement naturel sera plus que recommandée.
Toutes ces heures devront elles aussi être comptabilisées comme faisant partie du budget réel du site.

3) L’alimentation journalière ou hebdomadaire
Votre site sera régulièrement amené à présenter de nouveaux produits, services ou actualités, nécessitant l’intervention d’une personne chargée de l’alimentation journalière du site.
De même, pour les sites e-commerce ou certaines plateformes web sur mesure, une personne devra être assignée à la gestion des commandes, à la validation de contenu (pour les sites participatifs) ou à toute autre action qui ne peut être automatisée. Ces prestations viendront une fois encore alourdir le budget réel du projet web.

4) Les photos
Le slogan « Le poids des mots, le choc des photos » n’a jamais été aussi vrai que sur internet. Si les textes sont générateurs de mots clés, et par extension de visibilité, le design et les images de votre site seront les éléments prioritaires pour capter l’attention des internautes, tant par la bonne exploitation de Google images, premier vecteur de visibilité du web, que par la plus-value graphique que les images apportent à un site web. Les technologies aidant, la réalisation de « photos professionnelles » n’est donc pas prioritaire, même si celles-ci peuvent avoir un impact supplémentaire de par leur qualité, leur angle de vue ou leurs effets photographiques. La plupart des smartphones sont à présent suffisamment performant pour réaliser des photos d’une qualité plus que satisfaisante.
Le cas échéant, si vous ne possédez pas de photos, vous serez amenés à « Acheter » des photos libres de droits sur des plateformes comme Istock, Fotolia et autre Shutterstock (Ces photos sont accessibles à bas prix mais peuvent atteindre des sommes plus onéreuses pour certaines images spécifiques) ou à faire appel à un photographe professionnel qui saura faire transparaître la qualité de vos produits au travers de photos de haute qualité.

5) Les frais liés aux paiements sécurisés
Pour la réalisation d’un site e-commerce, les frais de transactions peuvent être très importants s’ils ne sont pas pris en compte dès la mise en ligne.
Les opérateurs sont nombreux et les prix peuvent différer suivant plusieurs critères propres à chaque opérateur. Dans un récent article dédié aux moyens de paiement en 2017, le constat des comportements des internautes face au paiement en ligne indiquait clairement leur attachement à des solutions sécurisées telles que Visa, Eurocard/MasterCard, Carte Bleue et autre Bancontact (pour la Belgique).
Les frais de transactions  varient entre 1% à 5% suivant les prestataires, certains d’entre eux offrant des coûts transactionnels plus faibles (quelques euro cents) lors de contrats avec frais fixes ou abonnements.

6) Les mises à jour techniques
Comme pour toute solution informatique, les sites web sont amenés à évoluer avec le comportement des internautes, des interfaces d’utilisation (PC, Ipad, Iphone,…) ou des navigateurs (Chrome, Edge, Mozilla, Safari). Le site web développé ne peut s’adapter « automatiquement » à toutes ces nouvelles technologies et changements sans une manipulation du prestataire web. De la simple mise à jour d’un script à une refonte en profondeur, les mises à jour techniques sont néanmoins relativement rares quand le développement a pris en compte les dernières versions de ces éléments.
Il arrive parfois que certaines agences jouent sur la méconnaissance de la rareté de ces mises-à-jour pour imposer des frais mensuels ou annuels de maintenance alors que le budget alloué à une prestation unique serait probablement plus économique.

En résumé

Faire appel à une agence web professionnelle permet de planifier et quantifier le plus exhaustivement possible votre projet web en éliminant au maximum les risques de non rentabilité de votre investissement. Tant en France qu’en Belgique, de nombreuses agence web professionnelles mettent à votre services compétences, expériences et conseils afin de mener à bien votre projet et de répondre à vos attentes.
La création d’un site web professionnel est certes plus onéreux qu’une solution toute faite, dont le design ressemblera trait pour trait à celui d’un concurrent ayant opté pour la même solution moins onéreuse, mais s’avèrera plus rentable en termes d’image de marque, d’audience et de conversion des visiteurs en prospects ou en clients.
La prise en main de votre contenu textuel par un copywriter professionnel permettra quant à lui d’augmenter sensiblement la bonne lecture du site par les internautes mais aussi par les robots des moteurs de recherche, favorisant ainsi le positionnement de votre site web dans les premiers résultats de recherche.

Rappelez-vous également qu’il est nécessaire de conserver ou de planifier un budget pour la communication de votre projet web, tant par le biais d’internet (Campagnes AdWords, Facebook Ads, Linkedin et autres campagnes e-mailing) que pour les médias traditionnels liés à votre secteur d’activité ou à vos produits. La plus belle voiture n'a pas d'intérêt si vous n'avez pas de quoi y mettre de l'essence, payer l'assurance ou l'entretien.

 

Publié le mis à jour le

Thèmes :sites e-commerce, creation de site